Aller au contenu

Comment digérer nos émotions

Et si nos émotions étaient en lien direct avec notre corps ?

Les Chinois l’ont bien compris depuis des millénaires en mettant en lien nos organes et certaines de nos émotions. En effet, la colère est régie par le foie et la vésicule biliaire, la tristesse par le poumon et le gros intestin, la rumination par la rate et l’estomac, la peur par le rein et la vessie, la joie et l’amour par notre cœur et notre intestin grêle.

Alors, si nous prenions soin de nos émotions en prenant soin de notre système digestif...?

De nombreuses recherches scientifiques ont mis en évidence un rapport direct entre notre cerveau et notre intestin, surnommé notre deuxième cerveau. En effet, notre intestin possède son propre système nerveux – le système nerveux entérique (SNE) –, qui est directement relié à notre cerveau via le nerf vague. Ces deux centres nerveux sont constamment en communication.

L'importance des neurotransmetteurs

Un neurotransmetteur est une substance chimique, fabriquée par l’organisme, permettant aux neurones de transmettre des messages, afin que toutes nos cellules et nos organes sachent ce dont notre corps a besoin pour fonctionner de façon optimale. Ils sont produits aussi bien dans notre cerveau que dans notre intestin. Mais en cas de mauvaise perméabilité intestinale due à une alimentation non adaptée, un stress ou un abus d’excitants tels que café, cigarette, alcool…, on risque une carence de ces neurotransmetteurs ; et c’est là que les symptômes apparaissent : fatigue, anxiété, dépression, démotivation… Les messages ne sont plus transmis, le corps ne sait plus ce qu’il doit produire pour nous maintenir en forme.

Vous avez certainement déjà entendu parler de la sérotonine qui joue un rôle dans notre bien-être et sur notre sommeil. Elle est synthétisée à 95 % dans notre intestin, mais son déficit peut être la cause de dépression, de dépendance alcoolique ou de troubles du comportement alimentaire tels que la boulimie par exemple. Un autre neuromédiateur bien connu est l’adrénaline. Elle est produite dans les surrénales, deux petites glandes situées au-dessus des reins, et contribue à faire face au stress. Une carence sera la cause d’un épuisement aussi bien physique que psychique. Un autre neurotransmetteur, synonyme de plaisir et ayant une action sur notre immunité, est la dopamine. Elle est également impliquée dans notre capacité d’attention et dans notre motricité. Sans ces substances chimiques, nous serions tous dépourvus de plaisir, de joie de vivre et serions incapable de gérer notre stress. Mais, la nature nous a donné tout ce qu’il faut pour pallier d’éventuelles carences.

Mes émotions au beau fixe grâce à la naturopathie

Se faire du bien

Pour éviter l’épisode de déprime hivernal, il est recommandé d’adopter une alimentation « cocooning » riche en aliments chauds, cuits, onctueux, en saveur salée plutôt que sucrée. Le cru, indispensable à une bonne vitalité, se consommera sous forme de jus ou de graines germées. On privilégiera également les céréales complètes ou semi-complètes aux produits raffinés (farines blanches, huiles, pain blanc, sucre). Un apport en oméga 3 sera également bénéfique pour lutter contre l’inflammation intestinale, cause d’un éventuel déséquilibre au niveau des neurotransmetteurs, mais également pour chouchouter notre système nerveux et notre cerveau. Par exemple, l’huile de lin est particulièrement riche en acide alpha-linolénique (précurseur des oméga 3).

 

Rééquilibrer la production des neurotransmetteurs

Un des petits coups de pouce que la nature nous a donné est la Rhodiola  rosea. En régulant la production de sérotonine et de dopamine, cette plante adaptogène aide notre organisme à s’adapter aux différents stress qui peuvent provoquer de l’anxiété, un manque de concentration ou une déprime. C’est donc un allié de choix pour affronter la transition automne-hiver. En associant la rhodiola au magnésium et à la vitamine B6, vous retrouverez également un bon métabolisme énergétique, qui contribuera à diminuer la fatigue en vous apportant tous les minéraux et oligoéléments indispensables.

Se débarrasser des toxines

Une accumulation de toxines provenant d’une alimentation trop riche, de mauvaises associations, d’excès d’excitants (thé, café, alcool, tabac) ou le stress peuvent également engendrer une congestion du foie (organe de la colère) et conduire à des états émotionnels excessifs. Profitez donc du changement de saison pour purifier votre organisme afin de revenir à une situation plus saine et assurer un bon fonctionnement de tous vos organes afin d’optimiser vos défenses immunitaires, de favoriser une digestion optimale et de booster votre énergie. La nature nous a gâtés en mettant Bon nombre de plantes sont à notre disposition pour détoxiner notre organisme : artichaut, radis noir, romarin, pissenlit pour leur pouvoir drainant au niveau hépatique. Le gingembre et le carvi seront vos alliés pour assurer une bonne fonction digestive en activant la sécrétion des sucs gastriques. Et pour vous assurer un drainage efficace et une bonne élimination des toxines, choisissez la bardane et la coriandre.

Un sommeil réparateur

Un bon équilibre nerveux passe également par un sommeil réparateur. Évitez de consommer trop de protéines animales le soir. Privilégiez des aliments riches en tryptophane (précurseur de la sérotonine), tels que les bananes, la dinde, le poisson, les dattes, les céréales complètes, les œufs, les pommes de terre, les légumineuses ou encore les oléagineux. Essayez de vous coucher tôt, dans une ambiance apaisante en évitant toutes les sources de stimulation (écrans, bruits, excitants…).

S’oxygéner

La pratique d’une activité sportive pourra également vous aider à gérer votre stress et votre anxiété en libérant de l’adrénaline et des endorphines.

 

Drainer et apaiser pour l’équilibre émotionnel :

- Santox BIO buvable : http://ltlabo.fr/santox-bio.html

- Santox (en comprimés) : http://ltlabo.fr/santox-comprim%C3%A9s.html

- Végizen : http://ltlabo.fr/v%C3%A9gizen.html

- Vital Flax BIO : http://ltlabo.fr/vital-flax-bio.html

 

Retrouvez cet article dans Ecolomag Novembre/Décembre 2017.

 

Ajouter votre commentaire
Les commentaires