Aller au contenu

Allergènes respiratoires : ils sont présents toute l'année !

Les pollens

Si les mois de février à avril correspondent à la période de pollinisation de nombreuses espèces allergènes comme le noisetier, le frêne, les cyprès, les pollens peuvent être présents aussi le reste de l’année. Les graminées ou bien l’ambroisie, plante très allergène, ont des périodes de pollinisation plus tardives, qui peuvent s’étendre jusqu’au mois de septembre pour l’ambroisie.  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les acariens et les moisissures

Les acariens sont responsables d’une allergie respiratoire sur deux.

Les acariens appartiennent à la famille des araignées. Ce sont des animaux qui mesurent quelques microns et sont invisibles à l’œil nu. Ils vivent 2 à 3 mois. Les acariens se nourrissent de squames et de débris de poils d’origine humaine ou animale, et sont par conséquent présents dans tous les endroits où ils peuvent en trouver : literies, rideaux, tapis, peluche…

Ce sont leurs déjections ou leurs cadavres qui contiennent des particules allergisantes, qui, une fois en suspension dans l’air, peuvent  pénétrer profondément dans les voies respiratoires et créer les désagréments bien connus.

L’humidité et la chaleur favorisent la prolifération des acariens, qui raffolent de ces atmosphères. C’est pourquoi l’automne et l’hiver, période où les habitations sont plus humides, moins aérés, et la literie plus abondante leur sont propices.

Pour limiter leur prolifération, il est conseillé d’aérer son logement tous les jours, de ne pas trop chauffer, de passer l’aspirateur fréquemment, de changer ses draps régulièrement, et d’éviter les sources d’humidités à l’intérieur (plantes vertes, linge qui sèche…).

Ces quelques gestes permettent également de limiter la prolifération des moisissures, elles aussi responsables d’allergies respiratoires.

 

Rhinicline est un complexe bio à base de plantain, de bourgeons de cassis et d'amla riche en vitamine C, élaboré pour atténuer les manifestations liées aux allergènes respiratoires. 

 

Ajouter votre commentaire
Les commentaires