Aller au contenu

Le Kudzu, un allié contre les dépendances - vu dans Vivre BiO mai-juin 2018

 « Aujourd’hui, j’arrête ! » ; si après plusieurs tentatives d’arrêt de consommation d’alcool, de cigarettes ou de toute autre substance vous vous décidez enfin à prendre votre santé en main, vous savez qu’il vous faudra passer par une phase difficile : celle du sevrage. Alors que certaines personnes la traversent sans trop de difficultés, d’autres, en revanche, abandonnent après avoir tenu plusieurs mois. La dépendance aux cigarettes, à l’alcool ou au sucre ne disparaît pas en un coup de baguette magique malgré toute la bonne volonté du monde. Certaines plantes, comme le Kudzu, peuvent alors nous aider à réduire cette sensation de dépendance.

Comment le Kudzu nous aide-t-il à lutter contre nos dépendances ?

Au cours d’une phase de sevrage, le Kudzu se montre d’une aide bien précieuse. En effet, la Pueraria lobata, plante de la famille des Fabaceae originaire d’Extrême-Orient, est utilisée depuis plus de 10 siècles en médecine chinoise pour traiter les addictions à l’alcool. Le Kudzu, dont le nom signifie « dissipateur d’ivresse » en chinois, renferme ainsi des isoflavones, molécules contenant la puérarine et la daidzéine, deux composés organiques aux multiples vertus. Composés qui peuvent par exemple stimuler la production de dopamine, qui influe directement sur le comportement, le tout sans effet d’accoutumance.

Grâce à leur pouvoir anti-oxydant, ces deux molécules organiques de la famille des isoflavones permettent également la réduction des dommages en rapport avec la dépendance. Selon certaines études, les isoflavones arrivent à faire disparaître la sensation de manque et de mal-être en plus d’agir sur des neurotransmetteurs associés à l’addiction, comme le glutamate, la sérotonine ou encore le GABA. Autant de vertus qui font du Kudzu une plante miracle contre les symptômes d’irritabilité et de manque liés à la phase de sevrage.

Sous quelle forme consommer le Kudzu ?

Tout le monde ne peut pas avoir des racines de Kudzu sous la main ! Pour nous faciliter la tâche, de nombreux fabricants varient les types de support. L’on peut ainsi trouver sur le marché des gélules de poudre de racines de Kudzu séchées pour une consommation quotidienne : de 700 à 3500 mg par jour jusqu’à 2 mois. Veillez à progressivement diminuer la dose lorsque la sensation d’addiction disparaît.

Le Kudzu est également disponible sous forme d’extrait (60 gouttes dans un verre d’eau, de 3 à 6 fois par jour) ou de fleurs à utiliser en gargarisme ou inhalation. Si vous avez la chance d’avoir une racine, déposez-en 3 g dans un verre d’eau.

Article "le Kudzu, notre plante alliée contre les dépendances"à retrouver dans le numéro 56 mai-juin 2018 de Vivre BiO.

 

Ajouter votre commentaire
Les commentaires